Avec Bear, la réalité augmentée redonne du peps au papier

Information mise à jour le 21/09/18

Bear connecte les documents imprimés au digital via sa plateforme de réalité augmentée. En forte croissance, la startup, accompagnée par le BIC et labellisée Pass French Tech, s’ouvre à l’international et s’apprête à lever des fonds.

Pierre Addoum, BEAR @Edouard Hannoteaux

"Tout livre, magazine, packaging ou PLV peut s’enrichir de réalité augmentée et être connecté à des contenus vidéos, objets 3D, sites web... Aux entreprises de raconter leurs histoires, via des scénarii composés grâce aux outils de notre plateforme web BEAR GO et notre application mobile", lance Pierre Addoum, cofondateur en septembre 2014 avec Guillaume Pineau-Valencienne de la startup montpelliéraine Bear, incubée par le BIC.


D’abord logé à la pépinière Cap Omega, Bear a rejoint en 2017 l’Hôtel French Tech. L’entreprise emploie 14 personnes à Montpellier, plus 4 à l’incubateur Station F à Paris.

La réalité augmentée à la sauce Bear s’est diffusée dans l’édition pour des livres scolaires, les albums de la série T’choupi de Nathan, ou le Code du travail annoté de la Revue fiduciaire (scanner un article fait accéder au contenu actualisé). De même dans la distribution, Boulanger, Décathlon, Darty, Cultura, JouéClub ou But glissent de la "RA" dans leurs prospectus et catalogues. "C’est un vrai accélérateur de ventes", assure Pierre Addoum. Bear vise aussi les collectivités locales et vient "d’augmenter" le magazine estival de Baillargues.

Un bureau à Montréal

La jeune entreprise, qui a doublé trois ans de suite son chiffre d’affaires, a obtenu en avril 2018 la labellisation Pass French Tech.
 

"C’est une reconnaissance géniale ! La métropole nous aide beaucoup sur l’international et la relation avec les acteurs publics."

La startup a ouvert en août un bureau à Montréal, "pour prendre la température des éditeurs nord-américains. Une troisième levée de fonds, plus ambitieuse, est en cours et nous allons créer une structure commune avec d’autres acteurs français de la RA, ce qui nous permettra d’être leader sur le marché français. Les équipes techniques demeureront à Montpellier."

38 labellisations concernent des entreprises de la métropole de Montpellier, ce qui en fait la 2e place forte dans l’Hexagone après l’Île-de-France.

Il y a 0 commentaire sur cette page