Succès international pour Artmajeur, le boncoin des arts

Information mise à jour le 23/07/18

Véritable success story montpelliéraine, la plateforme en ligne Artmajeur permet à des artistes de vendre leurs œuvres directement à des amateurs d’art.

Samuel Charmetant, co-fondateur d'Artmajeur.com @Art Majeur
Déjà traduite en treize langues, cette market place est la première du genre en Europe et la deuxième dans le monde. La société, fondée au nord de la Métropole, à Clapiers, par Samuel Charmetant et Yann Sarazin, est membre de la FrenchTech et de frenchsouth.digital.

Peinture, sculpture, arts numériques, street art, photographie ou land-art…, avec deux millions d’œuvres, 140 000 artistes adhérents des cinq continents et plus de 1 000 œuvres vendues tous les mois, le “marché des arts” en ligne artmajeur.com cartonne.

"En 2017, nous avons réalisé 10 millions d’euros de chiffre d’affaires et depuis trois ans notre progression annuelle frôle les 50 % ", se félicite Samuel Charmetant.

Les artistes, émergents ou connus, présentent les œuvres qu’ils souhaitent et les vendent en direct, à 50 € ou à 20 000 €, le prix d’achat moyen se situant plutôt entre 700 € et 800 €.

"Contrairement aux galeries qui font la promotion d’un artiste, nous ne faisons pas de sélection et nous ne prenons aucune commission", prévient Samuel Charmetant. L’édition Occitanie de notre magazine bimestriel Artmajeur nous a permis d’avoir la plus grosse base de données d’artistes plasticiens de la région, soit près de 8 000 membres", confie cet ancien créateur de sites web pour artistes. "Notre market place enregistre aujourd’hui près de 700 000 visiteurs uniques par mois, des collectionneurs à 70 %, dont 40 % sont Français."

La plateforme va s’enrichir d’algorithmes et de nouveaux outils d’intelligence artificielle pour faire des suggestions en fonction des goûts et des pôles d’intérêt des visiteurs.

Co-fondée par Samuel Charmetant et Yann Sarazin en 2012, la société Artmajeur.com, membre de la FrenchTech et de frenchsouth.digital, est basée à Clapiers.

"La métropole de Montpellier dispose de tous les atouts technologiques et économiques pour développer une entreprise dans le numérique ", souligne Samuel Charmetant. Son projet : "Nous allons faire une levée de fonds pour passer à la vitesse supérieure et internationaliser le business model que nous avons validé ici."

Il y a 0 commentaire sur cette page