Comwatt, la startup qui se fait une place au soleil

Information updated on 18/01/19

Comwatt commercialise un boîtier optimisant l'autoconsommation d'énergies renouvelables. Leader de son marché en France, la société incubée au BIC de Montpellier depuis 2013, veut devenir le N°1 européen des gestionnaires d’énergie intelligents.

Grégory Lamotte, PDG de Comwatt

Grégory Lamotte, PDG de Comwatt

Il y a huit ans, cet ingénieur en environnement et géotechnique dirigeait une filiale du suisse Tritec, acteur majeur du solaire en Europe. « J'ai réalisé que les panneaux photovoltaïques devenaient l'énergie la moins chère pour produire le kwh tandis que le transport représentait 50 % du coût de l'électricité », relate Grégory Lamotte, PDG de Comwatt. Dès lors, il croit dur comme fer au développement du solaire en autoconsommation. A une condition : « faire coïncider les pics de production d'énergie avec ceux de la consommation. »

Dix-huit mois et quelques brevets plus tard, cet entrepreneur bouillonnant fonde Comwatt à Montpellier et lance sa solution : une box couplée à des algorithmes intelligents. La box utilise les objets connectés pour alimenter les appareils électriques les plus énergivores au moment où le soleil brille. A la clé ? Une facture d'électricité divisée par deux en moyenne.

Troisième levée de fonds

« Hébergé à Cap Omega, j'ai bénéficié d'un écosystème stimulant, au milieu de champions nationaux des énergies renouvelables mais aussi du digital : tout ce qu'il fallait à Comwatt pour créer un produit de haut niveau... Le soleil en prime ! » s'exclame ce Montpelliérain d'origine.

En 2018, la startup qui emploie 25 salariés, prévoit de doubler son chiffre d'affaires (2 millions d’euros en 2017).

« La moitié sera réinvestie en R&D afin de continuer à équiper nos outils en intelligence artificielle et proposer une offre toujours plus simple, plus performante et plus abordable, tout en sécurisant le parcours client. »

Dans cette optique, l’entreprise a tissé avec ses partenaires distributeurs un réseau de deux cents installateurs qu’elle a formés et soumis à un contrôle qualité. Elle compte aussi accélérer son développement commercial en France et en Europe grâce à une troisième levée de fonds de 2,3 millions d’euros bouclée en juillet 2018.

Selon Grégory Lamotte, « l'autoconsommation devrait concerner près de quatre millions de foyers français d'ici douze ans contre 30 000 actuellement. »

Find out more…

There are 0 commentaires on this page