Néomerys, un remède contre le réchauffement climatique

Information updated on 18/06/19

La startup montpelliéraine Néomerys lance une levée de fonds pour financer un programme ambitieux et pragmatique destiné à inverser l’effet de serre. La pierre angulaire de ce projet : la production d’un biocarburant durable et bon marché.

Jérémy Dutheil et Pierre Dutheil - Néomerys@DR

Jérémy Dutheil et Pierre Dutheil - Néomerys@DR

« C’est un biocarburant renouvelable, pas cher, abondant et au bilan carbone négatif », affirme Jérémy Dutheil, ingénieur en chimie verte et docteur en biologie, fondateur de la startup Néomerys.

A la base de cette nouvelle énergie, des micro-algues qui, nourries avec la sève des arbres, se multiplient et produisent des lipides. Leurs propriétés particulières, ainsi qu’une série d’innovations dans le processus de récolte et de transformation, ouvrent la voie à une production industrielle à un prix compétitif. Rien de moins qu’une alternative aux énergies fossiles, avec l’avantage incomparable d’entraîner un cercle vertueux en faveur du climat.

Cette technologie, baptisée Kodama, est le fruit de sept années de recherches, avec la contribution scientifique du laboratoire d’ingénierie des agropolymères et des technologies émergentes (IATE) de SupAgro, concepteur de biocatalyseurs, ainsi que de l’Ecole de chimie de Montpellier. La startup française Synoxis Algae a également contribué au projet en concevant le bioréacteur de culture pour microalgues.
 

Grand prix énergie intelligente

A l’origine de ce projet, une question fondamentale : « En 2050, qu’aurez-vous fait pour la planète ? »  En y apportant une première réponse théorique, Jérémy Dutheil a décroché le 1er prix décerné par Entreprise pour l’Environnement, le quotidien Métro et Hubert Reeves en 2012. Avec son père, Pierre Dutheil, il s’est alors lancé dans l’aventure entrepreneuriale pour faire aboutir son projet. L’incubateur Agro Valo Méditerranée a accompagné leurs premiers pas, en partenariat avec le BIC de Montpellier, qui les a inscrits à son programme Jump’in en 2013.

« On y a appris tout ce qu’il fallait savoir en matière de création d’entreprise et de financement de l’innovation », assure le duo montpelliérain qui a créé un an après Néomerys.

Jérémy Dutheil a alors décroché deux trophées qui ont confirmé la solidité de ses recherches : lauréat du concours i-Lab (catégorie PEPITE) et Grand prix du concours EDF énergie intelligente en 2014.

Entrée en bourse

Son approche est à la fois globale et pragmatique. Il a conçu un système de dessalement passif de l’eau de mer pour irriguer les forêts, de manière à favoriser une reforestation massive et rapide, et à apporter de grandes quantités de sève aux algues.

« L’idée est de remplacer la dépendance au pétrole par une dépendance aux forêts », souligne Jérémy Dutheil.

Pour assurer d’ici là le développement de l’entreprise, il prévoit de produire un pigment bleu extrait de ses microalgues, dont la fluorescence intéresse l’imagerie médicale, et le caractère antioxydant, les cosmétiques et l’industrie pharmaceutique.

Néomerys, qui emploie aujourd’hui 4 personnes, veut lever 25 millions d’euros pour lancer son projet dès 2020 : créer au Mas Dieu, à proximité de Montpellier, les laboratoires indispensables à la maturation de la technologie, les diverses installations pilotes associées au projet Kodama, ainsi qu’un premier site de production du pigment bleu. A la clé, la création d’une soixantaine d’emplois. L’objectif est de convaincre dès maintenant quelques particuliers d’apporter des fonds et, d’ici à la fin 2019, d’entrer en bourse sur le marché Euronext Growth.
There are 0 commentaires on this page