Electric Motion a la main sur l’accélérateur

Information mise à jour le 10/03/20

Dans son usine de Vendargues, Electric Motion met au point et fabrique des motos électriques tout-terrain, vendues dans trente pays. Fort de ses 60 % de croissance en 2019, l’industriel innovant de quatorze salariés prévoit encore d’accélérer.

ElectricMotion©DR

ElectricMotion ©DR

En bout d’atelier, après la chaîne d’assemblage, des séries de grands cartons abritent des motos électriques prêtes à embarquer pour l’Australie, le Japon, les Etats-Unis, l’Europe ou l’Afrique du Sud.

« Nous vendons à 70 % à l’international, affirme Philippe Aresten, président et fondateur d’Electric Motion en 2009. Après 2,3 millions d’euros de chiffre d’affaires et une croissance de 60 % en 2019, nous tablons sur 480 ventes en 2020, dont la moitié pour le modèle le plus haut de gamme. »

Basé à Vendargues, le constructeur s’est préparé à cette accélération. Investis à l’été 2019, les bureaux-usine de 1 000 m2 (cinq fois plus grands que les locaux précédents) de la zone d’activités Via Domitia permettent « d’être tranquilles pour cinq à six ans. On peut y fabriquer jusqu’à 2 000 motos. » Le catalogue comprend six modèles « aussi performants que les motos thermiques, avec un poids équivalent et au même prix ». 

Sportivement, la marque rivalise avec les meilleures thermiques. Elle a même remporté un des titres de champion de France de trial en 2014. Trois pilotes défendront à partir de mars ses couleurs dans les championnats de France et du Monde, et dans l'épreuve de trial la plus difficile au monde, les « Six jours d'Ecosse » en mai.

« L’Industrie Positive » en action

Ce pari technologique, industriel et commercial, n’était pas gagné d’avance.

« Je suis parti d’une feuille blanche, se souvient Philippe Aresten. On m’a dit : tu es fada, ça ne marchera jamais ! Mais je suis né avec la volonté d’innover. 100 % des technologies sont conçues en interne. Il faut toujours garder un coup d’avance. »

L’équipe de quatorze personnes – des passionnés de motos – se partage entre bureau d’études, bureau des méthodes, production et achats (377 pièces sont assemblées pour former une moto).

« J’ai fait un autre pari, confie Philippe Aresten, faire confiance aux jeunes. » Electric Motion, qui illustre parfaitement cette « Industrie Positive » ancrée dans son territoire, innovante et responsable, promue par la Métropole de Montpellier, devrait embaucher quatre à cinq personnes en 2021.

Il y a 0 commentaire sur cette page