Entrepreneuses tenaces, de la micro-entreprise à la startup

Information mise à jour le 20/11/19

L’Adie organisait un afterwork sur l’entrepreneuriat féminin, le 29 octobre. Rencontre entre des créatrices d’activités et des entreprises signataires de la charte Entreprise et Quartiers, venues les soutenir et partager leur expérience.

Afterwork Adie@David Richard

Context'art couveuse de la Mosson©David Richard

« Mon manque de réussite et de confiance en moi ne m’a pas empêchée d’avoir un doctorat et de créer ma société. Cela montre que bien des chemins sont possibles », témoigne Bénédicte Laurent, à la tête de l’entreprise montpelliéraine Namae Concept, un éditeur de solutions logicielles de naming (création de noms de marque, d’entreprise…) qu’elle a fondé en 2010.

Il y a un an, elle signait la charte Entreprise et Quartiers, co-pilotée par l’Etat et Montpellier Méditerranée Métropole, pour s’engager en faveur de l’emploi des habitants des quartiers prioritaires et contre les discriminations.

C’est ainsi que Bénédicte Laurent a participé à un afterwork sur l’entrepreneuriat féminin qui a réuni 200 personnes le 29 octobre. Un événement organisé par l’Adie, une association qui finance et accompagne les créateurs d’entreprise sans accès au crédit bancaire classique, dans un amphithéâtre de Montpellier Business School, école engagée en faveur de la diversité et de l’égalité des chances. Celle-ci a également signé la charte Entreprise et Quartiers, de même que d’autres participants à l’afterwork, tels AG2R La Mondiale ou BNP Paribas, qui soutiennent de nombreuses initiatives en faveur de l’insertion.

Mères et chefs d’entreprise

Des femmes des quartiers prioritaires de Montpellier sont venues présenter leur projet. Baya Kouadria-Bouakira, qui s’apprête à se lancer dans le e-commerce de prêt-à-porter féminin, avec le soutien de l’Adie et de la Mission Locale Jeunes de Montpellier Méditerranée Métropole.

Roukia Moussa, qui a créé FashionKdo, un commerce en ligne de vêtements, accessoires et bijoux, ou encore Emma Nganlen, experte du développement personnel, à l’origine de Reflex’Happy, également accompagnées par l’Adie. Ces deux dernières, comme Bénédicte Laurent, ont témoigné de leur condition de mères entrepreneuses, conciliant avec bonheur ou difficulté leur vie familiale et leurs responsabilités. Et de leur envie tenace de réussir.
Il y a 0 commentaire sur cette page