A la rencontre de nos success stories / Vincent Usache, directeur général de Microphyt

Information mise à jour le 12/11/19

« Le potentiel des microalgues est immense, notre métier se raisonne au niveau mondial »

Vincent Usache, directeur général de Microphyt ©David Richard

Vincent Usache, directeur général de Microphyt ©David Richard

À Baillargues, Microphyt développe et produit des ingrédients actifs naturels issus de microalgues pour les marchés de la nutrition santé et de la cosmétique. Après des débuts accompagnés par le BIC de Montpellier, cette entreprise hyper-innovante et engagée s’est donnée les moyens d’accélérer sa croissance à l’international en levant, en juillet 2019, pas moins de 28,5 millions d’euros auprès d’un pool de sept investisseurs.

Pourquoi Microphyt est-il né sur le territoire de la métropole de Montpellier ?

Deux grandes raisons ont contribué à notre installation ici : le climat et l’environnement académique. En effet, nous bénéficions de conditions climatiques favorables à la production de microalgues, en particulier d’un excellent niveau d’ensoleillement. Avoir un riche environnement académique est aussi très important dans le cadre du développement d’une activité innovante. Microphyt a travaillé, et collabore toujours à des degrés divers, avec Montpellier SupAgro et l’Ecole nationale supérieure de Chimie de Montpellier, l’Inra, ou encore l’Institut des Biomolécules Max Mousseron qui dépend de l’Université de Montpellier.

Quel rôle ont joué le BIC de Montpellier et ses équipes dans la réussite de Microphyt ?

Le BIC de Montpellier a incubé l’entreprise à ses débuts, de 2007 à 2009. Microphyt a été fondée par l’expert des microalgues Arnaud Muller Feuga et le spécialiste de l’industrialisation des bioprocédés Michel Lemar, qui est aujourd’hui notre directeur qualité. L’incubation par le BIC de Montpellier a facilité et lancé les premières étapes. Le relais a été pris pour la suite de l’accompagnement, notamment des aides à l’innovation, par Bpifrance et la région Occitanie. Aujourd’hui, nous travaillons avec d’autres services de la métropole de Montpellier, notamment au niveau de l’innovation et autour des problématiques d’environnement.

Quels conseils donneriez-vous aux jeunes qui veulent créer leur entreprise ?

Je leur dirais d’arriver à persister dans leurs envies, tout en étant capable d’écouter et de s’adapter. Localement, il existe un réseau fort d’accompagnement à la création, qui permet de ne pas se retrouver isolé : les différents dispositifs locaux permettent de se lancer sans risque et sont très utiles pour confronter son idée.

S’entourer de personnes « ressources » est important. Deux membres de notre conseil d’administration, Alain Guillemin et Oliver Clech*, ont aidé au montage et à la réussite de la levée de fonds de juillet 2019. Ils font partie de l’équipe « élargie » de Microphyt. Le consultant en stratégie et financement des entreprises David Eyer m’a aussi accompagné sur la structuration du plan d’affaires et le plan de financement. Nous avons convaincu un pool de sept investisseurs** et mené la plus grande opération dans les sciences du vivant sur le territoire de la métropole de Montpellier. Pour autant, une levée de fonds n’est pas une finalité en soi. Elle est nécessaire lorsqu’on a besoin d’accélérer ou de gagner des parts de marché à l’international. Il faut être conscient que cela prend toujours plus de temps que prévu : si l’on espère une levée de fonds dans un an, elle se fera plutôt dans 18 mois, ou deux ans.

* Ndlr : Alain Guillemin est l’ancien président de Royal Canin et Olivier Clech est directeur général de Nor-Feed.
** Investisseurs : Sofinnova Partners, Bpifrance, IXO Private Equity, Sofilaro, Supernova Invest, Demeter Partners et Irdi Soridec Gestion.

Comment imaginez-vous l'entreprise innovante de demain à Montpellier ?

Si l’innovation est la mise sur le marché d’une invention, l’entreprise doit comprendre et s’adapter parfaitement aux contraintes de mise sur le marché de ses produits ou services. C’est ce que nous faisons à Microphyt. Le potentiel des microalgues comme source d’ingrédients diversifiés, sûrs, efficaces et produits de façon durable, est immense. L’ambition de Microphyt est de mener de A à Z le développement, la production et la commercialisation de nouveaux ingrédients naturels issus de microalgues pour la nutrition-santé et la cosmétique, au niveau international. Notre métier se raisonne au niveau mondial, il n’a d’emblée pas de limite.

Nos premiers clients étaient d’ailleurs en Espagne et en Belgique, et nous avons obtenu en octobre 2019 un agrément de la FDA américaine pour un de nos ingrédients. Réussir un tel challenge passe par une forte capacité de R&D et un site de production performant, qui sera à terme l’un des plus importants d’Europe. Nous allons quadrupler notre capacité de production. Pour renforcer encore les compétences d’innovation, nous recrutons. L’effectif de Microphyt doit s’accroître d’une dizaine de personnes dans les 18 mois y compris les trois à quatre embauches en cours, nous serons autour de 25 personnes fin 2020. Enfin, une entreprise innovante n’oublie pas d’être engagée : nous exerçons notre métier en accord avec des valeurs sociétales et environnementales fortes. Nous avons mis en place une démarche RSE de responsabilité sociétale et environnementale depuis 2016.

En savoir plus

Il y a 0 commentaire sur cette page