Le gaming montpelliérain mène le jeu

Information mise à jour le 20/11/19

En pleine effervescence, le secteur des jeux vidéo a trouvé dans la métropole de Montpellier un terreau propice à sa croissance. En plus d’une offre de formation importante, une pléiade d’entreprises se développe, des startups au géant Ubisoft.

Jeu Vidéo et animation 3D
Qu’il s’agisse du salon international Paris Games Week qui s’est terminé le 3 novembre ou de la Journée mondiale du jeu vidéo le 23 novembre, de nombreux professionnels montpelliérains auront été de la partie. Et pour cause. La Métropole de Montpellier concentre 60 % des entreprises que compte l'industrie du jeu vidéo dans la région - n°3 français -, tandis qu’une quinzaine d’écoles, en plus de ses universités, la propulsent en tête après Paris pour le nombre de formations dédiées.

Une nouvelle offre sera par ailleurs proposée, dès la rentrée 2020, sur le futur campus de l’École supérieure des métiers artistiques (ESMA), au cœur de la Cité Créative. « En ajoutant les pépinières réputées du territoire et des centres de recherche comme le Laboratoire d’informatique, de robotique et de microélectronique de Montpellier, le potentiel de son écosystème pourrait faire de la métropole de Montpellier la capitale des Industries Culturelles Créatives (ICC) de l’Europe du Sud », estime Laurent Michaud, directeur d’études à l’Institut Digiworld Idate et spécialiste des ICC.

Push Start, cluster de l'industrie du jeu numérique

Ubisoft en a donné « le meilleur signal », selon Laurent Michaud, en construisant pour la première fois en France, un studio de 4 500 m², inauguré en septembre dernier à Castelnau-le-Lez. Dans le sillage du troisième éditeur mondial, implanté ici depuis 30 ans, toute une flotte de studios, éditeurs et serious games a déjà vu le jour, entre autres Alt Shift, Digixart, Féérik games, Gear Prod, La Moutarde, Magic Design Studio, Moonycat entertainment, Natural Pad, Pixel Reef, Plug In Digital, Scimob, Splashteam et Wild Sheep Studio.

La majorité de ces entreprises est regroupée au sein de Push Start, véritable cluster de l'industrie du jeu numérique. « Notre association est née en 2015 de l’envie de partager cette effervescence entre professionnels et d’être plus forts ensemble pour donner davantage de visibilité à notre écosystème. Nous organisons ainsi régulièrement des rencontres, des ateliers, ou encore des afterworks, avec le soutien de la Métropole », souligne Marie Legrand. Game developer, élue présidente de Push Start le 1er octobre, elle aborde l’avenir avec optimisme. En 2019, la vente de jeux vidéo devrait en effet générer près de 115 milliards d’euros, en croissance de 11,3 % par rapport à 2018.
Il y a 0 commentaire sur cette page