Montpellier Capital Risque, l'événement qui fait décoller les jeunes pousses

Information mise à jour le 29/05/19

Pas moins de 17 dirigeants de startups ont pitché le 24 mai à la pépinière Cap Omega lors de Montpellier Capital Risque. L'événement a assuré aux pépites locales des contacts avec près de 60 investisseurs présents.

7 minutes chrono : c’est le temps dévolu à chaque créateur des jeunes entreprises innovantes sélectionnées (ici le fondateur de La Cuisine de Véro) pour capter l’attention des investisseurs ©David Richard
Pour sa 16e édition, Montpellier Capital Risque s'est associé les 23 et 24 mai au France Digitale Tour et à BigUp For Startup pour mobiliser encore davantage sur le financement de l'innovation. « L'innovation, c'est notre ADN. Nous sommes là pour aider les entrepreneurs à lever des fonds. Incontournable, fédérateur, Montpellier Capital Risque est aussi efficace », a affirmé Gérard Lannelongue, conseiller métropolitain à l’industrie en ouverture de l'événement jeudi 23 mai. La preuve : 52 millions d’euros ont été levés par les startups présentes aux cinq dernières éditions de Montpellier Capital Risque.

Premier temps fort : la table ronde d'ouverture intitulée « Et si on arrêtait d’associer la valeur d’une entreprise à sa levée de fonds ». Entrepreneurs à succès et investisseurs ont partagé expériences et conseils sans langue de bois. Claudia Zimmer, cofondatrice d’Aquadafas et Cyme, a déconstruit les « contes de fées » et fait l'éloge de la lenteur, tandis que Loïc Soubeyrand, fondateur de Teads puis LunchR, insistait : « La levée de fonds n’est pas une fin en soi. Ce qui importe, c’est de garder son destin en main. »

De leur côté, les investisseurs ont parlé « cash » : « Un venture capitalist attend un retour d'au moins 5 fois l’argent investi », prévient Christophe Raynaud, directeur général d’ISAI Gestion, qui a aussi manié l'encouragement : « Nous connaissons un afflux massif de capitaux et de talents, et je trouve la deuxième génération d’entrepreneurs à la fois plus ambitieuse et plus professionnelle. »

« Nous cherchons avant tout un deal “correct“. Une valorisation excessive serait une fausse bonne nouvelle, qui se retournerait contre le dirigeant », souligne Véronique Jacq, directrice du Pôle Investissement Numérique, Fonds Ambition Amorçage Angels F3A (Bpifrance).

88 rendez-vous avec des fonds d’investissement et des business angels

Second temps fort vendredi : la matinée de pitchs suivie de la séquence de rendez-vous individuels avec les dizaines d'investisseurs, régionaux et nationaux. Coachés en amont par le cabinet In Extenso Innovation Croissance et l'équipe du BIC de Montpellier, les patrons de 17 startups à fort potentiel - sélectionnés parmi 60 candidats - ont chacun tenu l’exercice en 7 minutes chrono.
 
Tour à tour, ils ont annoncé des recherches de fonds de 200 000 euros à 3 millions d’euros. Pari réussi : 88 rendez-vous ont été programmés par les investisseurs présents. D’autres rendez-vous moins formels ont eu lieu pendant le cocktail de networking du midi. A présent, aux startups de jouer pour transformer ces marques d'intérêt en participations.

Les 17 entreprises sélectionnées : Axeptio, Allpriv, Browse and Go, Clan of the Cloud, Daneel, Easypicky, emmenetonchien.com, Epur, Fruition Sciences, Keetiz, K-Invent, La Cuisine de Véro, LK-Spatialist, MagicPallet, Main Gauche, Moonify et Pepsia.

Témoignages

Des jeunes pousses cherchent à lever des fonds

« Nous avons déployé notre application mobile il y a trois mois. Jusqu'à présent, nous nous étions autofinancés. Pour accélérer le développement, nous voulons lever 600 000 euros, notamment pour embaucher deux commerciaux et des développeurs. Sur Montpellier Capital Risque, j'ai enchaîné 11 rendez-vous individuels avec des investisseurs et des réseaux de business angels, c'était un vrai marathon jusqu'à 18 heures. J'ai déjà des rendez-vous ultérieurs à Paris. » Joseph Bedminster, PDG de Daneel, startup montpelliéraine de 6 salariés née en mai 2018, spécialiste de l'information sur la blockchain et les crypto-monnaies.

« Pour accélérer le déploiement commercial en France et appuyer la stratégie webmarketing, je cherche un premier financement de 200 000 euros. Notre ambition est d'être le numéro 1 des vacances et loisirs avec son chien, en France puis à l'international. » Sophie Morche, fondatrice du portail web EmmèneTonChien.com. La société créée en 2017 bénéficie de l'accompagnement du BIC de Montpellier depuis avril 2019.

« Nous finalisons une première levée de fonds de 500 000 € et nous recherchons 2 millions d’euros. Nous proposons aux consommateurs de reprendre le pouvoir sur leur alimentation. En 2019 sortiront de notre cuisine 300 000 plats, soit 20 000 boxes de cuisine santé. » Arthur Capon, CEO de La cuisine de Véro, lancée en mars 2017, emploie 15 personnes.

« Nous devons aller vite et Montpellier Capital Risque représente une belle opportunité. C'est le top départ de notre recherche de fonds qui s'élève à 2 millions d’euros. » Pierre-Edouard Robert, président de Magic Pallet, plateforme lancée en janvier 2019 pour les échanges de palettes entre transporteurs routiers. Née en octobre 2017, la startup de trois salariés est incubée par le BIC de Montpellier depuis juillet 2018.

« Pour notre première levée de fonds, nous recherchons 1 million d’euros pour nous structurer et monter en charge. Nous avons déjà réuni 400 000 euros », assure Romain Bessuges-Meusy, cofondateur d'Axeptio, auteur d'une "plateforme de consentement as a service" lancée en janvier 2019. Fondée en 2016, la startup montpelliéraine de 7 salariés est incubée à Cap Omega.

Les investisseurs en quête de pépites

« Nous sommes venus à trois à Montpellier Capital Risque pour assurer une bonne dizaine de rendez-vous. Nous avions déjà repéré certaines startups et l'événement nous donne une bonne visibilité sur le potentiel. » Marie-Sophie Redon, chargée d'affaires au sein de l'équipe Innovation d'Irdi Soridec Gestion

« Nous intervenons dans le BtoB et le digital, dans une fourchette entre 1 et 5 millions d’euros. Même si nous nous positionnons plutôt sur des startups pas trop jeunes, nous souhaitons les rencontrer le plus tôt possible. J'ai demandé quatre rendez-vous lors de Montpellier Capital Risque. En outre, le book de présentation remis aux investisseurs est un outil génial. » François Santi, associé chez Cap Horn Invest.

 « Je suis personnellement présent pour la première fois à Montpellier Capital Risque, mais Alto Invest y participe depuis plusieurs années, notamment pour repérer et inscrire certaines startups sur nos tablettes. J'apprécie en particulier les business models avec revenus récurrents. C’est aussi un bon laboratoire des tendances régionales. » Franck Halley, directeur associé d’Alto Invest. Ce fonds est présent dans trois belles PME héraultaises et alumni du BIC, Osmozis, Bio UV et Oceasoft.

« J'apprécie de venir à Montpellier Capital Risque – c'est ma sixième ou septième participation – parce que c'est toujours très qualitatif. Il y a plein de boîtes super. Pour ma part, j'ai demandé à en rencontrer huit. » Charles-Antoine Morand, de Karot Capital, investisseur en early stage (Paris).


Montpellier Capital Risque est co-organisé par le BIC de Montpellier et Bpifrance.
 
Partenaires de Montpellier Capital Risque : les investisseurs Irdi-Soridec et Sofilaro, le réseau de business angels MELIES, le cluster numérique Digital 113, la CCI de l’Hérault, l’agence régionale de développement économique Ad’Occ, les pôles de compétitivité, l’accélérateur WeSprint et Maddyness.

Deux startups montpelliéraines ont optimisé le déroulement de l'événement : Plussh qui a filmé les présentations et Numevent, dont l'application mobile événementielle a été téléchargée par l'ensemble des participants. En partenariat avec Maddyness.

Il y a 0 commentaire sur cette page