Numérique, circuit court, zéro déchet boostent l’agroécologie et l’alimentation durable

Information mise à jour le 04/10/19

Le numérique donne une impulsion inédite à l’agroécologie et à l’alimentation durable, de même que de nouvelles organisations associant circuit court et zéro déchet. Explications de l’Institut Convergences #Digitag et de 6 entreprises, le 18 septembre.

Numérique, circuit court, zéro déchet boostent l’agroécologie et l’alimentation durable @david richard
« On vit une révolution dans l’agriculture », annonçait Véronique Bellon-Maurel, chercheuse à l’Irstea et directrice de l’Institut Convergences Agriculture Numérique #Digitag, le 18 septembre, au Corum de Montpellier, lors de la conférence sur “l’apport des nouvelles technologies et nouvelles organisations au service d’une agriculture et d’une alimentation durable“, pendant le Mois de la transition agroécologique et de l’alimentation durable organisé par la Métropole de Montpellier.

« Ces nouvelles technologies vont nous aider à produire mieux et globalement plus en réduisant notre empreinte environnementale », a-t-elle expliqué.

Capteurs dans les champs et les élevages, images satellites gratuites, météo…, des centaines de milliers de données sont exploitables directement par les producteurs, grâce aux outils mis au point par des chercheurs et des startups. Le territoire de la métropole montpelliéraine est en effet propice aux innovations : en plus de l’Institut Convergences #Digitag, qui rassemble 400 chercheurs, ingénieurs et techniciens, va émerger en 2020 le living lab* OccitANum, également dédié au développement du numérique pour les transitions agroécologiques et l’alimentation.

Lutter contre le gaspillage

Des startups montpelliéraines ont déjà impulsé ce tournant. Panjee a fait de l’information sur les produits alimentaires, si recherchée par les consommateurs, le cœur de son innovation.

« Nous avons créé un outil intelligent qui gère toutes les données (méthode de production, saisonnalité, label, etc.), de manière à connecter facilement l’offre à la demande », résume Léonard Matoug, président de la jeune entreprise.

Ecoclimasol développe des solutions pour anticiper les risques liés aux évolutions météorologiques et climatiques, ou encore aux produits phytosanitaires, tandis qu’Athéor  a inventé une solution de marquage unitaire, indélébile et infalsifiable, d’abord pour les contenants en verre.

Mais les innovations se multiplient également pour rapprocher producteurs et consommateurs tout en luttant contre le gaspillage, comme l’ont montré les trois autres entreprises présentes à la conférence. Installés au Marché d’intérêt national (MIN) de Montpellier, Grand Fruit distribue avant tout les fruits et légumes des agriculteurs locaux, pendant que Label d’Oc produit des conserves de qualité avec les invendus de ses adhérents. Quant à CityZen Market, épicerie vrac et resto antigaspi du centre-ville de Montpellier, elle tient son double engagement “local“ et “zéro déchet“.

* Le living lab ou « laboratoire vivant » est une démarche d’innovation participative incluant l’utilisateur (Dictionnaire d’agroécologie).
Il y a 0 commentaire sur cette page