SeqOne propose une solution de dépistage massif de la COVID-19

Information mise à jour le 02/06/20 Par Lara Bellini

SeqOne Genomics s’associe avec les principaux laboratoires d’analyses médicales afin de développer une approche capable d’effectuer cent fois plus de tests de dépistage contre la COVID-19, grâce aux séquenceurs à haut débit (NGS)


Un dépistage massif et précis est l’une des armes incontournables dans la lutte contre la Covid-19. Tous les experts s’accordent en effet sur l’urgence et l’absolue nécessité d’augmenter notre capacité à dépister  afin de gérer efficacement le déconfinement et d’enrayer la propagation du virus.

L’enjeu : dépasser les 100 000 tests par jour
Le gouvernement français s’est fixé l’objectif ambitieux de réaliser 100 000 tests par jour d’ici la mi-mai (contre quelques milliers au début de la crise) afin d’enclencher et d’accompagner le processus de déconfinement de la population. Les tests les plus fiables utilisent la technologie qPCR qui permet d’identifier la présence du virus mais qui ne permet de tester qu’un faible nombre de patients par machine. L’utilisation de technologies plus puissantes et disruptives pourra contribuer à cette augmentation massive et rapide des capacités.

Associer big-data et séquençage NGS pour accroitre les capacités de dépistage
La société SeqOne, startup française DeepTech, s’est entièrement mobilisée sur ce front et propose une nouvelle solution qui exploite les capacités de la dernière génération d’appareils d’analyse génomique à très haut débit. Cette nouvelle génération de séquençage (Next-Generation Sequencing ou NGS) alliée à une technique innovante de multiplexage permet désormais  d’accroitre significativement les capacités de dépistage en simultané et par machine.  La qualité des tests sera elle aussi améliorée grâce à la mesure de la charge virale. Elle  pourrait permettre ainsi un suivi épidémiologique national, enjeu majeur pour la gestion de la crise à court terme, du déconfinement et des phases qui suivront à plus long terme.

Une collaboration startup, industrie et recherche académique pour  valider cette solution et mettre en place les conditions de son déploiement au niveau national
La recherche dans son ensemble se mobilise pleinement depuis l’apparition du virus. La coopération entre la recherche publique et privée doit permettre d’élaborer des solutions afin d’accompagner le déconfinement et d’enrayer durablement l’épidémie.  
La solution a passé avec succès la phase de validation technique, tant en quantité (efficacité du multiplexage) qu’en qualité (détection précise de charge virale).  SeqOne travaille désormais à industrialiser ces tests afin de les rendre disponibles au niveau national en partenariat avec les principaux laboratoires de test médicaux et des pouvoirs publics et avec le soutien de la SATT AxLR.  Compte tenu de l’enjeu et du volume de données engendrées, la société a noué un partenariat avec OVHcloud garantissant la souveraineté des données grâce à sa solution HDS (Hébergement de Données de Santé). 
Cette avancée illustre la capacité d’innovation nationale et nous donne l’espoir d’une nouvelle solution qui pourrait être opérationnelle rapidement.

A propos de SeqOne :  SeqOne, société de bio-informatique basée à Montpellier, développe des outils d’analyse génomique de pointe pour des applications cliniques dans les domaines du cancer et des maladies rares. Son produit phare, SeqOne | Platform, est une solution de bout en bout basée sur le Cloud qui réduit considérablement les délais et les coûts nécessaires pour fournir des analyses génétiques précises destinées à la médecine traditionnelle.  En peu de temps depuis le lancement de sa plate-forme, elle a sécurisé une large base d’utilisateurs dans un large éventail d’établissements de soins de santé, y compris des hôpitaux et des laboratoires de tests du secteur privé. Elle a remporté de nombreux prix, dont le prestigieux prix iLab et le prix Hélène Stark de l’ARC Cancer Foundation. SeqOne est soutenu par la SATT AxLR, l’incubateur BIC de Montpellier Méditerranée Métropole, l’Université de Montpellier, l’INSERM, la région Occitanie, ainsi que les banques Caisse d’Épargne et Banque Populaire.
Il y a 0 commentaire sur cette page